A la une

S'abonner à flux A la une
Mis à jour : il y a 1 heure 8 min

Ligue des champions – Groupe D (2eJ) : défaite de la JS Kabylie face à l’ES Tunis

ven, 06/12/2019 - 22:25
La JS Kabylie s’est inclinée face aux Tunisiens de l’ES Tunis (1-0), ce vendredi au stade de Radès (Tunis), à l’occasion de la deuxième journée (groupe D) de la phase de groupes de la Ligue des champions d’Afrique. Face au double tenant du trophée, la JSK a failli ramener le nul de son déplacement à Tunis. Les Canaris ont réussi à résister plus d’une mi-temps pour finalement céder dans les vingt dernières minutes. Les Tunisiens ont fini par matérialiser leur domination à la 73e minute sur un penalty transformé par Anice Badri.   Le Raja gagne à Kinshasa Dans l'autre match du groupe D, joué cet après-midi, le Raja de Casablanca a réalisé une très bonne performance en allant gagner à Kinshasa (RD Congo) face à l'AS Vita Club (0-1). Le but des Marocains a été inscrit au tout début de la seconde période par l’entremise de Rahimi (48’).   Après deux manches, l’ES Tunis s’installe aux commandes de la poule D avec 6 points. Pour sa part, a JS Kabylie occupe la seconde place (3 pts) devant le Raja Casablance (3e – 3 pts), alors que l’AS Vita Club est bon dernier (4e – 0 pts). Lors de la 3e journée, prévue le vendredi 27 décembre prochain, la JS Kabylie ira rendre visite au Raja de Casablanca, alors que l’ES Tunis effectuera sa seconde sortie de suite à domicile et sera l’hôte de l’AS Vita Club. L’USMA en appel à Luanda De son côté, l’USM Alger (groupe C) se trouve à Luanda (Angola) pour donner la réplique au Petro Atletico dans une confrontation prévue ce samedi (14h00) au stade national du 11 Novembre. Pour rappel, le second représentant algérien dans la plus prestigieuse des compétitions africaines a trébuché lors de sa première sortie. Les Usmistes ont concédé le nul à Blida face au club marocain du Wydad Casablanca (1-1). Le point sur le groupe D : # Equipes J G P N +/- Pts 1 ES Tunis 2 2 0 0 + 6 6 2 JS Kabylie 2 1 1 0 0 3 3 Raja Casablanca 2 1 1 0 - 1 3 4 Vita Club 2 0 2 0 - 2 0

Débat télévisé pour la présidentielle 2019 : un premier face à face équidistant entre candidats

ven, 06/12/2019 - 21:01
Les téléspectateurs ont assisté, dans la soirée de vendredi, le premier débat politique public entre candidats à la présidentielle du 12 décembre 2019. Un face à face avec la presse et de par la diffusion télévisuelle synchrone sur tous les médias publics et privés algériens face au large public algérien. Les candidats ont eu à s’exprimer sur des questions directes autour de principaux axes retenus pour cette soirée de campagne. Il s’agit des aspects politique, socioéconomique, social, culturel, émigration, religion, jeunesse et sport. Quatre journalistes ont mené ce débat, le premier du genre en Algérie, durant 2 heures et 40 minutes,  avec la même question pour les cinq candidats dont chacun a droit à deux minutes de réponses selon un tour de micro établi par un tirage au sort supervisé plus tôt par un huissier de justice. La parole fut donnée selon l’ordre acquis respectivement à Abdelaziz Belaid suivi de MM. Abdelmadjid Tebboune, Ali Benflis, Azzedine Mihoubi et Abdelkader Bengrina. Le débat a traité sur les visions et positions des candidats concernant la Constitution, l’apport de la classe politique à la scène nationale et la rupture partis-population consommé. Tout le monde s’accordait à aller, après la présidentielle, à une refonte de la Loi fondamentale nationale.  Les questions ont portés également sur les libertés, le droit à l’emploi, au logement, à la dignité et la solidarité agissante. Répondant à la question sur la création de l’autorité nationale indépendante des élections (ANIE), les candidats ont exprimé leur satisfecit quant à cette mutation qui consacre une transparence dans l’opération électorale et la neutralité de l’administration. Les candidats ont promis d’aller loin vers la consolidation du libre choix du représentant et la préservation de la voix de l’électeur et concrétiser davantage de lois et de mécanismes garantissant des élections propres et probes.  

Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"

ven, 06/12/2019 - 17:18
Le Secrétaire général de l’Association algérienne d’Urologie (AAU), Pr Kamel Ait Lhadj, a plaidé, vendredi à Alger, pour "un dépistage en masse précoce" du cancer de la prostate chez la population masculine, afin de garantir une meilleure prise en charge des patients. Le cancer de la prostate figure en tête des cancers urologiques. Il est le 3e après ceux des poumons et du colon à affecter les hommes, d'où la nécessité d’un dépistage de masse dès l’âge de 50 ans et 45 ans pour ceux qui présentent des facteurs de risque comme l’hérédité", a déclaré le Pr Ait Lhadj en marge du 15e congrès national d’Urologie. Cette rencontre de trois jours, est marquée par la présence, aux côtés des spécialistes nationaux, de la Société internationale d’Urologie, de l’Association européenne d’Urologie et de l’Association française d’Urologie. Tout en rappelant que le cancer de la prostate a affecté quelques 2.3 millions d’Algériens à fin 2017, le spécialiste a précisé que ce dépistage est "un acte facile" qui permet de traiter et de guérir les patients, rappelant qu’il consiste simplement à effectuer des examens pour évaluer l’antigène prostatique spécifique (PSA) ainsi que des touchers rectaux. Il s’agit d’une "maladie silencieuse", a-t-il averti, faisant savoir que les statistiques actuelles ne sont pas représentatives de l’étendue de la maladie, "l’échantillonnage n’étant pas bien réparti" au niveau national. C'est pourquoi, l’AAU a lancé depuis deux mois et en collaboration avec le ministère de la Santé, une nouvelle opération de dépistage, dont les résultats seront connus à la fin du mois en cours. Néanmoins, a-t-il observé, ils ne pourront être rendus publics avant décembre 2020, en même temps que le Registre national d’Urologie. S’agissant du traitement destiné aux maladies urologiques, le représentant de l’AAU a soutenu que celui-ci est "le même que celui existant à l’étranger", tout en assurant de sa disponibilité aussi bien dans les hôpitaux que chez le privé, avant d’annoncer qu’une autre étude sera menée par cette association autour du dépistage du cancer de la vessie, en l’absence de statistiques à même de donner un aperçu sur l’incidence de ce type de cancer, sachant qu’après celui de la prostate, il est celui qui affecte le plus la population masculine en Algérie. Le cancer du rein se place en 3e position des cancers urologiques, d’où le choix de lui consacrer la thématique de ce 15e congrès, lequel abordera également d’autres affections telles que les maladies cervicoprostatiques, urétrales, l’infertilité, l’incontinence et les troubles de la statique pelvienne.

Cyclisme - Championnats arabe 2019 : l’Algérie conserve sa couronne

ven, 06/12/2019 - 16:56
La sélection nationale de cyclisme s’est adjugée l’édition 2019 des championnats arabe (toutes catégories), disputée du 30 novembre au 6 décembre à Alexandrie (Egypte), en remportant une belle moisson de 17 médailles, dont 7 en vermeille. Après Sharm El Sheikh en 2017 et Mostaganem en 2018, les Algériens ont confirmé leur suprématie sur la petite reine arabe en dominant la compétition en terre des Pharaons. Les deux dernières breloques, d’une récolte de 17 médailles, ont été glanées ce vendredi à l’occasion de la dernière journée des épreuves dans la course en ligne seniors hommes (78 km). Dans une course remportée au sprint par l’Emirati, Mohamed Mizra (3:58:50), Yacine Hamza a terminé à la 3e position, en réalisant le même chrono du vainqueur du jour. La performance du pensionnaire du GS Pétroliers a permis à ses coéquipiers de monter sur la seconde marche du podium derrière les Emirats Arabes Unies (EAU). Ainsi, l’Algérie est sacrée championne arabe pour la troisième édition de suite. Avec un total de 17 médailles (7 or, 7 argent, 3 bronze), les coéquipiers de Azzedine Lagab ont devancé les Emirats Arabes Unies (8 médailles : 5 or, 2 argent, 1 bronze) et l’Egypte (10 médailles : 3 or, 3 argent, 4 bronze).

Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l’Algérie pour l'autonomie financière de l'UA

ven, 06/12/2019 - 16:51
L'engagement ferme de l’Algérie pour l'autonomie financière de l’Union Africaine(UA), a été rappelé vendredi par le ministre des Finances, Mohamed Loukal, en Egypte, où il a participé à la réunion du Comité des quinze ministres des Finances de l’UA, a indiqué vendredi un communiqué du ministère. S'exprimant lors de la réunion du Comité (F15), dont l’Algérie est membre, tenue à Charm El Cheikh (Egypte), M.Loukal a "rappelé l’engagement ferme et résolu de l’Algérie pour que soit garanti une autonomie financière à l’UA et faire aboutir la réforme institutionnelle de l’organisation", a précisé la même source. Le ministre des Finances à également précisé que "seule l’autonomie financière de l’UA lui permettra la concrétisation du projet continentale de réalisation des objectifs de paix, de développement et d’intégration régionale, tels que définis dans l’agenda de développement de l’Afrique 2063", souligne le communiqué. S'inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre des décisions de la Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union Africaine, relatives aux nouveaux mécanismes de financement du budget de l’Union, la réunion du Comité F15 a eu pour objectif "d’examiner et adopter des mesures opérationnelles à mettre en place pour assurer à cette organisation continentale l’autonomie de son financement", ajoute le ministère des Finances. Dans le cadre de cette rencontre, "les ministres des Finances du Comité F15 ont échangé sur les voies et moyens devant permettre à cet organe de l’Union Africaine de mieux s’acquitter de ses fonctions en matière d’opérationnalisation des réformes financières et budgétaires de notre Organisation panafricaine". Sur le plan bilatéral, le ministre des Finances s’est entretenu, en marge de cette réunion, avec son homologue égyptien, ainsi que d’autres ministres et hauts responsables de pays africains, membres du F15, avec lesquels il a échangé sur l’état et les perspectives de coopération avec l’Algérie

Un maillot de Pelé vendu 30.000 euros aux enchères

ven, 06/12/2019 - 16:47
Un maillot porté par Pelé lors de son dernier match avec la sélection brésilienne a été vendu 30.000 euros lors d'une vente aux enchères d'objets sportifs de prestige organisée jeudi à Turin. Le maillot du légendaire N.10 brésilien est celui qu'il portait lors d'un match amical Brésil-Yougoslavie organisé en juillet 1971 au Maracana de Rio de Janeiro et qui fut son dernier en sélection. Il a été le clou d'une vente aux enchères organisée à Turin par la maison Bolaffi. Parmi les autres moments forts de ces enchères, on notera la vente pour 25.000 euros d'un maillot jaune porté par le cycliste italien, Fausto Coppi sur le Tour de France 1952, le deuxième et dernier remporté par le "campionissimo". Un rare maillot bleu de la Juventus, porté par Luciano Spinosi en finale de la Coupe des Villes de Foire 1971 (devenue Coupe de l'UEFA, puis Ligue Europa), a été adjugé 9.400 euros, un peu plus que le N.10 de Diego Maradona à Naples lors de la saison 1989-90 (7.500 euros). Parmi les curiosités, une batte utilisée par Michael Jordan lors de sa brève expérience dans le base-ball a trouvé preneur contre 425 euros.

Développement dans le Sud : Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté

ven, 06/12/2019 - 16:38
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune a qualifié le projet de loi relatif à l'organisation territoriale du pays adopté, d'"important acquis" devant redynamiser le développement et permettre d'opérer des réformes profondes et globales, notamment dans le Grand Sud. Intervenant à l'issue de l'adoption par les membres du Conseil de la Nation du projet de loi complétant et modifiant la loi N 84-09 du 4 février 1984 relatif à l'organisation territoriale du pays, lors d'une plénière présidée par le président du Conseil par intérim, Salah Goudjil, M. Dahmoune a précisé que "cette loi intervient au moment opportun et s'inscrit en droite ligne avec la dynamique sociopolitique que connait le pays, une dynamique marquée par le changement et les réformes profondes", qualifiant cette loi de "décision historique" à même de contribuer à la réalisation du développement économique durable dans le pays. Pour le ministre, cette loi, qui s'ajoute au décret présidentiel portant création de 44 circonscriptions administratives, devra changer complètement la situation au niveau local et permettra aux collectivités locales bénéficiaires de réaliser leur décollage escompté. Cet acquis renforcera également les efforts visant à concrétiser d'autres réalisations, a-t-il ajouté précisant que la feuille de route du développement local et de l'aménagement du territoire n'est qu'à son début et que toutes les régions du pays auront leur part de réforme et de développement". Dans ce sens, il a affirmé que la réforme administrative sera consolidée par d'autres nouvelles lois. Rappelant, à ce propos, la loi sur les collectivités territoriales, le code sur la fiscalité locale et les différentes lois relatives aux réformes politiques, M. Dahmoune a insisté sur l'impératif d'appuyer la décentralisation, de réaliser les processus de développement, de soutenir les compétences et de consolider les fondements de l'Etat de droit et de la démocratie élargie en vue d'aller de l'avant et booster, ainsi, le développement" Par ailleurs, le représentant du gouvernement a estimé que "la présidentielle 2019 constitue un tournant historique aspiré par tous afin de concrétiser le changement et de renforcer les réformes profondes. De son côté, le rapporteur de la Commission des affaires juridiques, administratives, des droits de l'Homme, de l'organisation locale, de l'aménagement du territoire et du découpage territorial, a considéré que cette loi "est un nouvel acquis devant concrétiser le nouveau découpage administratif dans le Grand Sud". Le même responsable a affirmé que la prochaine présidentielle " constitue également une occasion pour adresser un message de patriotisme à ceux qui veulent déstabiliser ce pays", saluant "toutes les réalisations accomplies grâce au Hirak populaire pacifique et à l'Armée nationale populaire (ANP)". "C'est pour la première fois dans l'histoire du pays, que nous vivons une transition d'une ère de corruption à une autre d'édification et de développement en faveur des générations montantes".

Des experts pour l'évaluation par Sonatrach des actifs d'Anadarco

ven, 06/12/2019 - 16:13
La Compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach) est qualifiée pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie, avant d'entamer des négociations avec ce partenaire américain dans le cadre de l'exercice de son droit de préemption sur les actifs détenus par cette compagnie en Algérie, a affirmé vendredi l’expert en énergie, Abdelmadjid Attar. "Sonatrach qui est majoritaire dans son partenariat avec Anadarko, est présente sur le terrain et dans les opérations d'exploitation des gisements concernés, par conséquent elle est tout a fait qualifiée pour évaluer les actifs détenus par Anadarko en Algérie avant d'entamer les négociations avec ce partenaire", a souligné M. Attar dans une déclaration à APS, estimant même "qu'il serait probable qu'elle l'ait déjà faite".   S'agissant du sort de ce partenariat Sonatrach-Anadarko dans le périmètre de Berkine, l'ancien P-dg de Sonatrach a répondu que dans la mesure où le ministère de l'Energie a prononcé l'"incompatibilité de la cession des actifs d'Anadarko à l'entreprise américaine Occidental Petroleum Corporation", rien ne va changer dans ce partenariat pour le moment et durant toute la période des négociations. "Les gisements sont opérés par un groupement commun entre les partenaires qui sont au nombre de cinq, y compris ce qui reste d'Anadarko Algeria et même lorsque la reprise des 24% des parts sera finalisée par Sonatrach, rien ne changera au point opérations d'exploitation", a-t-il assuré. Par ailleurs, il a tenu à préciser que Sonatrach, qui est toujours majoritaire avec un pourcentage qui dépassera largement les 51%, détient par conséquence une part de production plus importante. "Cela lui permettra de récupérer rapidement ce qu'elle va débourser pour l'indemnisation d'Anadarko", a-t-il affirmé ajoutant que "cette indemnisation est garantie par la législation algérienne". D'autre part, il a estimé que la cession d'actifs pétroliers entre compagnies pétrolières est une simple affaire commerciale qui découle des stratégies de déploiement de leurs activités à l'international, de diversification de leurs activités par métiers et par secteurs géographiques. "C'est aussi le cas concernant la position de Sonatrach qui va exécuter une décision de son propriétaire qui est l'Etat Algérien et elle pourra même revendre une partie de ces actifs plus tard si elle le souhaite puisque la loi le lui permet à la seule condition de garder toujours au moins 51% des actifs", a-t-il prédit. S"agissant des investissements pétroliers étrangers en Algérie, M. Attar a estimé que " L'Algérie a plus intérêt à attirer des compagnies pétrolières internationales qui viennent investir en partenariat pour découvrir de nouvelles réserves, plutôt que d'exploiter seulement des réserves qui existent et qui sont en cours d'exploitation". Pour sa part, l'expert pétrolier Mourad Preure, qui s'est exprimé jeudi sur les ondes de la Radio nationale sur la question, avait qualifié de positive la décision de l'Etat à exercer son droit de préemption sur les actifs d'Anadarko à travers Sonatrach. "Cela est très positif pour deux raisons: d’abord par reflexe du pétrolier tout court, et pour l’élargissement de la base des réserves de Sonatrach, une décision qui renforce la souveraineté nationale, ce qui est extrêmement important", a-t-il souligné. M. Preure, a tenu cependant à lever cette nuance en précisant que "la souveraineté, c’est d’abord une bataille d’ingénieurs, d’économistes et de juristes". Pour lui, il ne suffit pas de récupérer des actifs, mais encore faut-il être en mesure de maitriser les opérations qui s’en suivent. Il a insisté en même temps sur l'indispensable renforcement de la Sonatrach en ressources humaines et en expertise, mais surtout par le renforcement de ses actifs à l'international. Pour rappel, le ministère de l'énergie avait annoncé mercredi dans un communiqué la décision de Sonatrach d'exercer son droit de préemption sur les intérêts détenus par Anadarko en Algérie suite à une décision du ministre de l'énergie relative à une opération dans le cadre d'une fusion-acquisition effectuée par Anadarko, "incompatible" avec la réglementation en vigueur. Le ministère avait précisé qu'une opération de fusion-acquisition a été opérée, le 3 août 2019, entre les compagnies pétrolières américaines Anadarko et Occidental Petroleum". "Dans le cadre du processus de cette fusion-acquisition, Occidental cédera l’ensemble de ses intérêts, nouvellement acquis en Afrique (dont l'Algérie), au profit de Total". "Anadarko, partenaire de Sonatrach sur le périmètre de Berkine a sollicité, conformément à la loi sur les hydrocarbures, l’approbation du ministre de l’énergie, pour le changement de contrôle "d’Anadarko Algérie" au profit de la compagnie Occidental", avait affirmé le ministère . "En vertu de la réglementation en vigueur, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, s’est prononcé sur cette opération et a déclaré son "incompatibilité" avec le maintien d’Anadarko dans le contrat d’association sur le périmètre de Berkine", avait souligné le ministère. En conséquence, Sonatrach avait annoncé son droit de préemption sur les actifs détenus par Anadarko en Algérie.

Gaid Salah : L'Algérie mérite de la part de ses enfants qu’ils demeurent la "forteresse impénétrable"

ven, 06/12/2019 - 15:57
Le Général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l’Armée nationale populaire, a affirmé, vendredi à Oran, que l’Algérie mérite, de la part de ses enfants, là où ils se trouvent, qu’ils demeurent la "forteresse impénétrable", soulignant que les élections présidentielles du 12 décembre seront "une fête électorale à travers laquelle se réalise la volonté populaire", indique vendredi un communiqué du ministère de la Défense nationale. "Nous sommes aussi satisfaits, à chaque inspection des personnels, des unités, des Régions et des Forces, que nous continuons d’exiger davantage d’efforts, au regard des défis qui se multiplient et qui s’accélèrent, car l’Algérie mérite, de la part de ses enfants, là où ils se trouvent, qu’ils demeurent la forteresse impénétrable, notamment à la veille d'une échéance cruciale et importante, à savoir les élections présidentielles du 12 décembre courant qui seront, grâce à l'aide d'Allah le Tout-puissant, une fête électorale, à travers laquelle se réalise la volonté populaire et qui sera également une nouvelle relance pour l'Algérie sur la voie de l'édification et du développement", a souligné le Général de Corps d’Armée qui a présidé une réunion de travail au siège du Commandement de la Région au 4ème jour de sa visite à la 2ème Région militaire. A l’entame et après la cérémonie d'accueil à l'entrée du siège du commandement de la Région, le Général de corps d'Armée, accompagné du Général-Major Meftah Souab, commandant de la Région, a observé un moment de recueillement sur l'âme du défunt Moudjahid Boudjnane Ahmed dit "Si Abbès", dont le nom est porté par le siège du commandement de la Région où il a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative et a récité la Fatiha du Saint Coran en leur mémoire et celle des valeureux Chouhada. Le Général de corps d'Armée a présidé, par la suite, une réunion avec le commandement et l'état-major de la Région, les responsables des différents services de sécurité, les commandants d'unités et les directeurs régionaux, où il a suivi un exposé global portant sur la situation générale dans le territoire de compétence, présenté par le Commandant de la Région, avant de prononcer une allocution, dans laquelle il a mis l'accent sur "la nécessité de redoubler les efforts laborieux permettant l'édification d’une Armée forte, moderne et développée, dont la pierre angulaire est la ressource humaine qualifiée, spécialisée et apte à assimiler les nouvelles techniques et les technologies de pointe, à la hauteur des défis accélérés". "Les étapes de modernisation, au sein de l’ANP, dans les différents domaines, méritent d’être valorisées et saluées et constituent notre fierté. Vous connaissez parfaitement et sans nul doute, en tant que cadres et par l’exercice de vos missions d’armes, la grandeur de ces étapes franchies avec une persévérance et une ferme détermination, et vous considérez la portée de leur influence positive sur l’amélioration graduelle et continue du niveau de la pratique professionnelle chez les personnels militaires, toutes catégories confondues", a souligné le vice-ministre de la Défense nationale. "Vous accompagnez, voire palpez de si près le degré de l’état-prêt et de la disponibilité opérationnelle atteint par nos forces armées avec toutes leurs composantes ainsi que la bonne performance dans l’accomplissement des missions assignées", a-t-il ajouté, relavant que "ces réalisations constituent effectivement une source de satisfaction et de motivation en même temps, ce qui me laisse saisir la présente occasion pour saluer les efforts laborieux, soutenus et permanents que l’ensemble des personnels de l’ANP fournit chacun dans la limite de ses prérogatives et de ses compétences". "Des efforts que nous valorisons grandement, tout autant que nous aspirons, au sein de l’ANP, à réaliser davantage d’exploits et de prouesses à la hauteur des ambitions que nous voulons concrétiser, sur le terrain, avec l’aide d’Allah le Tout-Puissant, en vue de construire une armée forte, moderne et développée dont le pivot s’articule sur la ressource humaine qualifiée et spécialisée, capable d’assimiler et de maitriser parfaitement les nouvelles techniques et technologies de pointe", a souligné le Général de corps d'Armée . Il s'agit, a-t-il poursuivi "d'une ressource capable d’accompagner les défis effrénés qui s’inscrivent dans le cadre des exigences du devoir de la protection de l’indépendance de l’Algérie et de la sauvegarde de sa souveraineté nationale, de son unité populaire et son intégrité territoriale. Telles sont les missions nobles qui constituent la fierté de l’ANP devant être toujours à la hauteur de leur parfait accomplissement". Le Général de corps d'Armée a souligné aussi que "l’Algérie mérite, de la part de ses enfants, là où ils se trouvent, qu’ils demeurent la forteresse impénétrable, notamment à la veille d'une échéance cruciale et importante, à savoir les élections présidentielles du 12 décembre courant qui seront, grâce à l'aide d'Allah le Tout-Puissant, une fête électorale, à travers laquelle se réalise la volonté populaire et qui sera également une nouvelle relance pour l'Algérie sur la voie de l'édification et du développement". "Nous continuons, au sein de l'ANP, à ne ménager aucun effort au service de l'Algérie et celui de sa sécurité. Je saisis cette honorable occasion pour saluer tous les efforts consentis au niveau de la 2ème RM et valoriser les résultats obtenus dans plus d'un domaine, comme je souligne qu'aucune réalisation ne peut-être concrétisée sans labeur loyal ou sans travail persévérant et fructueux", a-t-il ajouté. "Vous n’êtes pas sans savoir que tous les facteurs de réussite escomptée et les éléments de progrès professionnel ont été assurés, en termes d’équipement, de formation, de préparation et de sensibilisation. Nous sommes parfaitement conscients, avec sérénité d’esprit, que tous les efforts fournis ces dernières années, sur plus d’un plan, ont fructueusement apporté une grande maturité professionnelle et un capital élevé d’expérience opérationnelle et de combat, mais essentiellement, une ultime conscience de la sensibilité des missions assignées et de l’impératif de leur parfait accomplissement", a-t-il conclu.  

Présidentielle du 12 décembre : Compte rendu de la campagne électorale à son 19e jour

ven, 06/12/2019 - 15:34
Au 19ème jour de la campagne électorale pour le présidentielles du 12 décembre courant, les cinq candidats, chacun dans ses destination choisie, se sont de nouveau investis à expliquer leurs programmes à leurs audiences respectives. Voici les expressions marquantes tirées des programmes électoraux des candidats de la présidentielle 12 décembre 2019. Abdelmadjid Tebboune à Illizi Extrême sud : Le candidat à la présidentielle du 12 décembre, Abdelmadjid Tebboune s'est engagé, jeudi à Illizi, à "régler tous les problèmes de développement" des régions de l'extrême sud, à leur permettre de créer la richesse économique et à mettre un terme au problème du chômage. Ali Benflis à Tebessa Corruption : Le candidat à la présidentielle du 12 décembre, Ali Benflis a fustigé, jeudi à Tébessa, "les corrompus qui ont détruit le pays durant la dernière décennie", appelant à "se tourner vers à l'avenir". Abdelaziz Belaïd à Constantine Emigration : Le candidat à la présidentielle du 12 décembre, Abdelaziz Belaïd a appelé jeudi, depuis Constantine, à garantir des conditions favorables au retour au pays des cerveaux algériens émigrés pour contribuer à son édification. Azzedine Mihoubi à Sétif Histoire : Le candidat aux élections présidentielles du 12 décembre, Azzedine Mihoubi, s’est engagé jeudi depuis Sétif à restituer à l’Histoire sa place dans le système scolaire et culturel ainsi que dans les médias et la vie des familles algériennes.

JM Oran 2021 : une vaste campagne de promotion lancée prochainement

ven, 06/12/2019 - 14:46
Le comité d’organisation des jeux méditerranéens (COJM) Oran-2021 s’apprête à lancer une "vaste" campagne visant la promotion de la 19e édition prévue dans la capitale de l’Ouest du 25 juin au 5 juillet 2021, a indiqué le directeur général de cette instance, Salim Iles. Cette opération d’"envergure" viendrait compenser un retard relatif dans la promotion et la médiatisation de cet évènement que l’Algérie abrite pour la deuxième fois de son histoire après avoir accueilli à Alger l’édition de 1975, a reconnu l’ancien champion algérien en natation installé dans son poste en août dernier. "Il est vrai, nous enregistrons du retard dans la promotion des JM aussi bien sur le plan national qu’international. Mais il faudra savoir qu’on était dans l’obligation de revoir l’identité visuelle de la prochaine édition, une opération achevée en septembre dernier", a expliqué Salim Iles. Le même responsable a évoqué également des contraintes d’ordre financier ayant retardé le lancement des différentes opérations de promotion des jeux, des contraintes qui viennent d’être levées après l’adoption du budget définitif opérationnel et de fonctionnement au profit du COJM, estimé à 40 millions USD, s’est-il félicité. "A présent que tous les moyens sont mis à notre disposition, nous allons nous attaquer aux différentes opérations de promotion des jeux, comme par exemple louer des espaces pour l’affichage de la mascotte de la 19e édition dans des endroits stratégiques de la ville", a encore souligné le directeur général des JM. Il a poursuivi qu’il tablait énormément sur l’apport des médias, aussi bien publics que privés, pour une médiatisation digne des enjeux de l’événement. "Tous les médias, y compris les chaines de TV publiques et privées sont invités à participer dans la couverture de l’opération et des activités d’animation programmées", a-t-il dit. Le COJM a signé, en septembre dernier, une première convention dans ce sens avec l’Etablissement public de télévision (EPTV), rappelle-t-on. APS

Présidentielle du 12 décembre : Débat télévisé à 19 heures animé par les cinq candidats

ven, 06/12/2019 - 14:27
Pour le 20ème jour de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 12 décembre 2019, les cinq candidats animeront un débat public prévu au Centre international des conférences à partir de 19h00. Il sera diffusé en direct sur les chaînes de télévision publiques et privées agréées, et la Radio nationale. Pour le 20ème jour de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 12 décembre 2019, les cinq candidats animeront un débat public prévu au Centre international des conférences à partir de 19h00. Il sera diffusé en direct sur les chaînes de télévision publiques et privées agréées, et la Radio nationale.

BMS : Pluies orageuses vendredi sur la wilaya de Tindouf

ven, 06/12/2019 - 12:05
Des averses de pluie, parfois orageuses, affecteront vendredi la wilaya de Tindouf, indique le Centre national de météorologie dans un bulletin météo spécial (BMS). Les cumuls estimés varieront entre 15 et 25 mm, précise le BMS, dont la validité s'étale de 09h00 à 21h00, ajoutant que des rafales de vent sous orages sont également prévus.

Lancement de la 5e édition du Grand prix Assia Djebar

jeu, 05/12/2019 - 18:43
Les organisateurs du Grand prix Assia Djebar du roman ont annoncé le lancement de sa 5e édition, avec le début de la réception des ouvrages sélectionnés jusqu'à la date-butoir du 20 octobre prochain, lit-on dans une lettre aux éditeurs publiée sur le site officiel consacré à ce prix. L'opportunité est offerte aux écrivains algériens dans les trois langues, à savoir: arabe, tamazight et française, de présenter leurs ouvrages et participer à ce prix qui consacre pour chaque catégorie, une récompense estimée à 700.000 Da, soit une baisse de 300.000 Da par rapport à la valeur du prix décerné lors des quatre premières éditions. Ce prix est essentiellement destiné aux éditeurs algériens ayant publié des romans d'écrivains algériens, comme il est permis aux auteurs ayant publié, à leur frais, leurs propres ouvrages, de prendre part au prix, à condition de disposer d'un numéro de dépôt légal. Le prix reçoit de l'éditeur huit exemplaires pour chaque titre, tandis que la date de sa remise n'a pas encore était fixée. Le Grand prix Assia Djebar du roman a été institué en 2015 par l'Entreprise nationale de communication, d'édition et de publicité (ANEP) et l'Entreprise nationale des arts graphiques (ENAG). Ce prix a été décerné à 12 écrivains dont Merzak Bagtache, Djamel Mati, Abdelwahab Aissaoui, Samir Kacimi, ainsi que la romancière Nahed Boukhalfa, lauréate de la dernière édition en Langue arabe, outre Mhenni Khelifi en Tamazight, et Ryad Girod en langue française. Le prix porte le nom de Assia Djebar (1936-2015), Femme de lettres algérienne d'expression française et académicienne (élue à l'Académie française en 2005), comptant à son palmarès plusieurs œuvres et contributions dans le domaine du cinéma et de la critique ainsi que de prestigieux prix internationaux. Installation des membres du jury Les membres du jury du Prix Assia-Djebar du roman 2019 ont été installés mercredi à Alger. Présidé par Mme Aïcha Kassoul, le jury comprend Hamid Bouhbib, Karima Mendili, Kaci Djerbib et Ahmed Ouyad. La cérémonie d'installation a été présidée par le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassan Rabehi. APS

L'Algérie prend la présidence tournante de l'OPEP pour 2020

jeu, 05/12/2019 - 17:30
L'Algérie a pris, jeudi à Vienne (Autriche), la présidence tournante de l`Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qu'elle assurera à compter du 1 janvier 2020, succédant au Venezuela, a indiqué jeudi un communiqué du ministère de l'Energie. Lors d'une cérémonie en présence du Secrétaire général de l`OPEP, Mohamed Barkindo, organisée avant le début des travaux de la 17ème réunion ministérielle du Comité conjoint de suivi de l’accord OPEP-non OPEP, tenue à la capitale autrichienne Vienne, le ministre de l’Energie a pris la présidence tournante de l'OPEP qu'elle assurera à compter du 1 janvier 2020, précise la même source. A cette occasion, le ministre a déclaré que "l'Algérie s'honore d'assurer la présidence des réunions de l'OPEP en 2020", exprimant son souhait que cette année "sera pleine de réalisations dans l'intérêt des pays membres". "L'Algérie n'a eu de cesse d'œuvrer au rapprochement des vues entre les pays frères et amis (...), après la nationalisation des hydrocarbures, au début des années 70, elle avait accueilli le premier sommet des Souverains et et Chefs d'Etats membres de l'OPEP, en 1975, qui avait été sanction par sa première déclaration officielle", a ajouté le ministre Ce Sommet a été suivi de plusieurs réunions de l'Organisation tenues à Alger et Oran lesquelles étaient toutes "réussies", a-t-il poursuivies. Par ailleurs, M. Arkad a affirmé que "l'accord historique d'Alger, du 28 septembre 2016, a instauré les fondements de la proclamation de la coopération OPEP -non OPEP. Cet accord adopté par 25 pays producteurs a démontré la capacité collective de l'OPEP à travailler avec flexibilité et bonne gouvernance, donnant au marché du pétrole une vision claire et transparente, notamment concernant le niveau mensuel de l'offre des 25 pays signataires". Qualifiant "la déclaration de coopération de réussie et historique", le ministre a affirmé que "l'Algérie poursuivra ses efforts au profit des producteurs, des consommateurs et de l'industrie pétrolière en vue réaliser l'équilibre du marché international". "Nous œuvrerons de concert avec les pays membres et non membres de l’OPEP pour trouver les voies et moyens à même de poursuivre notre coopération et préserver les fondements de dialogue continu entre les pays de l'OPEP et non OPEP et les pays producteurs et consommateurs", a encore dit le ministre. APS

Aminatou Haidar reçoit le Prix Nobel alternatif, une consécration pour le peuple sahraoui

jeu, 05/12/2019 - 16:03
La militante sahraouie des droits de l'Homme, Aminatou Haidar a reçu le "Prix Right Livelihood 2019", aussi connu comme "Prix Nobel alternatif", mercredi à Stockholm, lors d'une cérémonie officielle à laquelle ont assisté plus de 1200 militants du monde entier. Au cours de la cérémonie, la militante sahraouie a fait une déclaration dans laquelle elle a appelé au respect du droit international et des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé. "Je voudrais tout d’abord remercier le jury international du prix Right Livelihood pour l’honneur qu’il m’a rendu, c’est une reconnaissance du combat de mon peuple pour la liberté et l’indépendance, mais aussi un hommage à la dignité humaine et aux principes et les valeurs des droits de l'Homme et des peuples", a déclaré l'icône de la résistance pacifique sahraouie. Et d'ajouter: "Permettez-moi également de féliciter les trois autres lauréats qui partagent ce prix avec moi. Je tiens à leur dire que leurs luttes sont les nôtres et que nos luttes sont complémentaires et visent une humanité plus juste, davantage de respect des droits de l'Homme, pour la nature et pour la grande patrie qui nous abrite tous, notre mère la Terre". La militante sahraouie a également souligné dans son discours que son expérience ressemble à "celle de beaucoup de mes compatriotes, pleine d'injustice, de violations des droits de l'Homme, d'humiliation, de disparitions forcées, de torture et de privations, mais aussi de résistance, de sacrifice, de refus de soumission et de détermination à défendre les droits de l'homme et des peuples". Haidar dénonce les complices de l'occupant marocain "Les parties directement responsables de ces souffrances sont l’Etat d’occupation marocain, qui refuse toujours de reconnaître nos droits en tant que peuple sahraoui. Mais d’autres pays européens sont également responsables de nos souffrances, comme l’Espagne, qui a échoué dans ses responsabilités envers son ancienne colonie, la France, qui protège et soutient le Maroc au sein du Conseil de sécurité, et bien sûr l’ONU, qui a échoué à mettre en œuvre ses résolutions concernant notre droit à l'autodétermination et à notre indépendance et est devenu le protecteur du statu quo, soutenant l'occupation d'une manière". Et, bien sûr, ajoute Mme Haidar, "l'Union européenne porte également une partie de cette responsabilité, en raison de sa persévérance à piller nos ressources naturelles avec la complicité du Maroc, en totale violation de toutes les lois". Au Sahara occidental, affirme Mme Haidar qui est aussi la présidente de l'Association des défenseurs des droits de l'Homme des Sahraouis (CODESA), "nous voulons un monde de démocratie, de respect des droits de l’Homme, de souveraineté des peuples sur leur richesse et de respect des valeurs et des principes du droit international qui régissent les relations entre les peuples et les nations". "Ils veulent un monde qui vénère des intérêts au détriment des lois, un monde de violence et de pouvoir au détriment de la paix, un monde de subjugation et d’oppression au détriment de l’amitié entre les peuples et de la coopération constructive pour la coexistence pacifique", a-t-elle dénoncé, soutenant qu'"au Sahara occidental, nous voulons la primauté de la dignité humaine, alors qu’ils veulent mettre cette dignité en esclavage, en oppression et en guerres". La communauté internationale interpellée La militante sahraouie a saisi l'occasion pour lancer un appel à la communauté internationale pour faire pression sur l'occupant marocain et l'Organisation des Nations unies pour accélérer le processus de décolonisation de la dernière colonie du continent africain. Et ils nous poussent à abandonner notre lutte pacifique parce qu'ils ne nous ont laissé aucune issue, et c'est ce que je crains le plus: que le peuple sahraoui se voit contraint de reprendre les armes pour défendre ses droits à cause de l'indifférence de la communauté internationale à ces droit, a-t-elle mis en garde. Par conséquent, souligne Mme Haidar, "le monde que nous voulons en tant que peuple sahraoui, en tant que défenseur pacifique des droits de l'Homme et des peuples, est un monde dans lequel nous pouvons jouir de notre droit à un avenir décent pour les générations futures. Ce monde est très différent du monde de la tyrannie". "Par (ils), je signale les ennemis des peuples, les ennemis des droits de l'Homme et les ennemis de la démocratie, où qu'ils se trouvent", a-t-elle expliqué. "Enfin, je vous adresse un appel pour venir à notre aide. Restez à nos côtés et sauvez beaucoup d'entre nous de l'oppression de l'occupation marocaine. Sauvez des femmes et des enfants pacifiques et innocents, et je vous invite à vous joindre à la lutte humanitaire visant à libérer des dizaines de prisonniers politiques sahraouis condamnés à des peines lourdes et injustes", a lancé la militante sahraouie. Outre Aminatou Haidar, la Fondation Right Livelihood a attribué son prix cette année à trois autres activistes : la militante écologiste suédoise, Greta Thunberg, l’avocate chinoise Guo Jianmei et le leader indigène brésilien Davi Kopenawa

Accidents de la route, monoxyde de carbone, inondations : la Protection civile fait le bilan

jeu, 05/12/2019 - 16:00
Cinq (5) personnes ont trouvé la mort et huit (8) autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus ces dernières 24 heures à travers le territoire national, indique jeudi un bilan des services de la Protection civile. D'autre part, un ouvrier est décédé à Boumerdes suite à un glissement de terrain qui s'est produit au cours de travaux de réalisation de canalisations d'eaux usées au lieu-dit Ouled Brahim, dans la commune de Hamadi. L'intervention des éléments de la Protection civile a permis de sauver un autre travailleur sur place. Les unités de la Protection civile sont intervenues, par ailleurs, pour porter secours à 34 personnes (33 à Blida et 1 à M'sila) incommodées par le monoxyde de carbone dégagé par appareils de chauffage utilisés à l'intérieur d'habitations. Les secours de la Protection civile ont procédé, en outre, au pompage d'eaux pluviales au niveau de 20 habitations et de 2 écoles dans la wilaya de Relizane, suite aux chutes de pluie enregistrées à travers les communes de Illal, Oued Djemaa et Bel Assel. APS

Opep : Arkab s'entretient avec ses homologues Saoudien et Iranien à Vienne

jeu, 05/12/2019 - 15:54
05/12/2019 - 15:54

Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab s’est entretenu jeudi à Vienne avec ses homologues, le ministre saoudien de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources minérales, le Prince Abdel Aziz ben Salmane et le ministre iranien du Pétrole, M. Bijan Zangene, a indiqué jeudi le ministère de l'Energie dans un communiqué.

Ces entretiens tenus en marge de la 17ème réunion du Comité ministériel de suivi de l’accord Opep-Non opep (JMMC) qui s’est ouverte jeudi à Vienne (Autriche), ont porté, notamment, sur "l’évolution des marchés pétroliers et ses perspectives", a précisé la même source.

M. Arkab prend part jeudi et vendredi aux réunions ministérielles des pays membres de l'Opep et non membres de l'Organisation.

Les ministres se pencheront lors de ces réunions sur l’examen de l’évolution du marché pétrolier et ses perspectives et prendront les décisions à même d’assurer la stabilité des marchés conformément aux engagement de la déclaration de coopération signée entre ces pays, a ajouté le communiqué.

Plusieurs réunions importantes de l'Opep et ses partenaires se tiennent jeudi et vendredi à Vienne.

Il s'agit en premier lieu, de la 17e réunion du JMMC, qui est composé de sept pays membres de l'Opep (Algérie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweït, Nigeria et Venezuela) et de deux pays non membres de l'Opep (Russie et Kazakhstan).

La réunion du JMMC sera suivie de la 177ème Conférence de l'Opep.

Pour la journée de vendredi, l'Organisation a programmé la septième (7) réunion ministérielle des pays membres de l'Opep et les pays non membres de l'Organisation à leur tête la Russie (Opep+), et la 1ère réunion de la Charte de coopération, sont quant à elles programmées pour la journée du 6 décembre.

L'Algérie a affirmé à la veille de ces réunions majeurs qu'elle" va continuer et poursuivre ses efforts en coopération avec les autres pays membres et non membres de l’Opep pour assurer une stabilité des prix et un équilibre du marché dans l’intérêt des producteurs et des consommateurs".

En décembre 2018, l'Opep avait convenu, avec dix pays producteurs non-Opep, la Russie à leur tête, d'une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils/jour à partir du 1er janvier 2019, pour une période de six mois, avec une réduction de 800.000 barils/jour par l'Opep et de 400.000 barils/jour par ces pays producteurs non-Opep.

Cet accord a été reconduit pour une durée supplémentaire allant du 1 juillet 2019 jusqu'au 31 mars 2020 lors des réunions de l'Opep et ses partenaires, tenues en juillet dernier à Abu Dhabi (Emirats).

Les membres de l'Opep et leurs partenaires avaient également adopté une "Charte de coopération".

Cet engagement volontaire de haut niveau, permet de "poursuivre le dialogue dynamique entre les pays dans la Déclaration de coopération aux niveaux ministériel et technique".  

Mali : les mouvements de l’Azawad conviés à un dialogue national inclusif

jeu, 05/12/2019 - 15:43
Les préparatifs pour la tenue, le 14 décembre en cours, du dialogue inclusif au Mali se poursuivaient jeudi à travers les contacts entre les différents acteurs conviés à ces assises dont les groupes politico-militaires du Nord, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme. Dans un communiqué conjoint, la CMA et la Plateforme n’émettent pas d’objection à un éventuel retour à cette phase nationale des discussions du dialogue national inclusif, ont rapporté des médias, rappelant, toutefois, les dispositions de l'accord de paix de réconciliation au Mali et ses annexes, qui ne peuvent "être modifiées qu’avec le consentement express de toutes les parties signataires de l'accord et après avis du Comité de suivi ". Ce dialogue inclusif, souligne-t-on, est très attendu par les Maliens qui y voient une occasion de discuter des problèmes qui assaillent le pays depuis 2012. Dans le sillage de ce dialogue, le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a tendu une nouvelle fois la main au chef de fil de l’opposition, Soumaïla Cissé et à la Coordination des Mouvements de l’Azawad, groupe armé signataire de l’Accord de paix, qui ont boycotté les phases régionales de ce dialogue. "Je souhaite que personne ne soit laissé au bord de la route au cours de ce dialogue", a affirmé le président Keita, ajoutant que "le dialogue national constitue une occasion pour faire un diagnostic profond de la crise malienne et proposer les solutions idoines". Le président Keita a également souhaité que les acquis des assises précédentes soient mis à profit au cours de ce dialogue, rassurant la nation que la mise en œuvre des conclusions et résolutions issues de ce dialogue national inclusif, sera assurée par "le mécanisme indépendant de suivi-évaluation dont les congressistes lui proposeront le format et la composition". APS

La 14e journée reportée au vendredi 14 décembre

jeu, 05/12/2019 - 15:38
La 14e journée du championnat national de Ligue 2, devant se jouer ce vendredi, a été reportée au vendredi 14 décembre prochain, a indiqué ce jeudi la Ligue de football professionnel (LFP). Selon la même source, ce report intervient suite à la demande formulée par les présidents des clubs de Ligue 2. « Après un large débat et une concertation de ses membres, le bureau de la LFP a décidé de répondre favorablement à la demande des présidents de Ligue 2, concernant le report de la 14e journée du championnat de Ligue 2 programmée ce samedi 7 décembre 2019 », révèle le communiqué de la LFP. A la suite de ce report, la date du déroulement de la 15e journée change de facto. Ainsi, la dernière manche de la phase aller se jouera le mercredi 18 décembre, toujours selon la LFP. Programme de la 14e journée : OM Arzew - WA Tlemcen 15h00 RC Relizane - A Bou Saâda 15h00 RC Arbaâ - ASM Oran 15h00 O Médéa - MC Saïda 15h00 AS Khroub - USM El Harrach 15h00 MC El Eulma - JSM Béjaïa 17h00 MO Béjaïa - USM Annaba 17h00 DRB Tadjenanet - JSM Skikda 18h00  

Pages