A la une

S'abonner à flux A la une
Mis à jour : il y a 2 heures 27 min

Energie : Sonatrach va exercer son droit de préemption sur les intérêts d'Anadarko en Algérie

mer, 04/12/2019 - 14:29
La Compagnie nationale, Sonatrach va exercer son droit de préemption sur les intérêts détenus par Anadarko en Algérie suite à une décision du ministre de l'énergie relative à une opération dans le cadre d'une fusion/acquisition effectuée par Anadarko, « incompatible» avec la réglementation en vigueur, a annoncé, mercredi un communiqué du ministère de l'énergie. Selon le communiqué «une opération de fusion/acquisition a été opérée, le 3 août 2019, entre les compagnies pétrolières américaines Anadarko et Occidental».  «Dans le cadre du processus de cette fusion/acquisition, Occidental cédera l’ensemble de ses intérêts, nouvellement acquis en Afrique, au profit de Total», a précisé la même source. «Anadarko, partenaire de Sonatrach sur le périmètre de Berkine a sollicité, conformément à la loi sur les hydrocarbures, l’approbation du ministre de l’énergie, pour le changement de contrôle «d’Anadarko Algérie» au profit de la compagnie Occidental», lit-on dans le communiqué. «En vertu de la réglementation en vigueur,  le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab, s’est prononcé sur cette opération et a déclaré son «incompatibilité» avec le maintien d’Anadarko dans le contrat d’association sur le périmètre de Berkine», a-t-on souligné de même source. «En conséquence, Sonatrach exercera son droit de préemption sur les intérêts détenus par Anadarko en Algérie», a conclu le document. APS

Mme Saliha Mekhref, représentante du candidat Azzedine Mihoubi : priorité aux réformes institutionnelles profondes

mer, 04/12/2019 - 12:19
A quelques jours de la tenue des présidentielles ce 12 décembre, les candidats redoublent d’efforts en vue de faire connaitre leurs programmes. Pour Azzedine Mihoubi, représenté ce matin par Mme Saliha Mekharef à l’émission L’invité de la rédaction de la Radio chaine 3, et dans un programme axé sur 15 engagements, la priorité est aux réformes institutionnelles profondes, à commencer par les pouvoirs attribués au président de la République.  Ce dernier ne pourra prétendre au renouvellement de son mandat, de cinq ans, qu’une seule fois dans un régime semi-présidentiel où le pouvoir est partagé avec d’autres institutions. Il est aussi question d’accorder plus de prérogatives aux parlementaires par une consultation semestrielle sur les activités du gouvernement. Un parlement dont la dissolution, tel qu’évoqué par d’autres, ne constitue pas une urgence, en tout cas pas avant la révision de la Constitution, en vue d’éviter « le vide institutionnel », précise Mme Mekhref.

Carnet du 18e jour de la campagne électorale

mer, 04/12/2019 - 11:16
   Voici le carnet de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 à son 18e jour, mercredi  :  -Ali Benflis anime deux meetings populaires, le premier à Relizane  (10h00) et le second à Ain Temouchent (15h00).  -Azzedine Mihoubi anime deux meetings populaires, le premier à la Coupole du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf (11h00) et le second au complexe Mustapha Tchaker de Blida (14h00).     -Abdelaziz Belaïd anime deux meetings populaires à El Tarf (10h00) et Skikda (15h00). -Abdelkader Bengrina anime un meeting populaire à Oran.

Bedoui présente au chef de l'Etat un exposé sur la situation socio-économique du pays

mer, 04/12/2019 - 09:46
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a reçu, mardi, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, qui lui a présenté, dans le cadre du suivi de l'action du Gouvernement, un exposé sur la situation socio-économique et politique du pays, notamment le climat de déroulement du processus électoral, a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Le Premier ministre a évoqué, dans ce sens, les résultats des deux Conseils interministériels, tenus le 21 novembre et le 2 décembre 2019, le premier ayant été consacré à l'examen de la situation des nouvelles cités et pôles urbains, tandis que le deuxième a été dédié à l'évaluation de la situation de la compagnie aérienne nationale "Air Algérie" et l'examen de son programme de développement. M. Bedoui a également abordé, les actions engagées par les départements ministériels, chacun dans son domaine, en application des décisions issues du Conseil ministériel tenu le 26 novembre dernier. Le Premier ministre a évoqué, par ailleurs, l'action entreprise par le Gouvernement à l'effet d'accompagner les jeunes porteurs de projets, notamment dans le domaine de l'économie verte et circulaire. Se félicitant de l'action du Gouvernement, le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, "soucieux de consacrer la culture et l'esprit de continuité de l'Etat et de ses institutions" a mis l'accent sur "la nécessité de persévérer en vue de renforcer la dynamique de développement et de réaliser les différents programmes pertinents", soulignant l'impératif de "poursuivre les efforts visant à rapprocher davantage l'administration du citoyen, notamment suite aux dernières modifications ayant touché l'organisation administrative, outre la nécessaire exploitation des potentialités qu'offrent les technologies modernes". Il a relevé, en outre, "l'intérêt extrême qu'accorde l'Etat à la promotion des énergies renouvelables en adéquation avec les priorités et les engagements en matière de préservation de l'environnement et du climat", relevant, à ce titre, la nécessité de sensibiliser à l'importance d'accorder des facilitations nécessaires aux investisseurs dans ce domaine. Enfin, les deux parties ont évoqué "les rencontres internationales de haut niveau auxquelles a participé et participera l'Algérie aux mois de novembre et décembre, outre le niveau de représentation de notre pays et de sa contribution à leurs travaux.    Enfin, les plus importants rendez-vous internationaux de haut niveau auxquels l'Algérie a participé en novembre et ceux prévus en décembre, ont été évoqués ainsi que le niveau de représentation et la contribution de l'Algérie aux travaux de ces rencontres.

Selon le ministère, les dettes des structures de santé dépassent les 80 milliards de DA

mar, 03/12/2019 - 16:11
Les dettes des structures publiques de santé, dont des hôpitaux, se sont élevées, à fin 2019, à 83 milliards de DA, a révélé, mardi à Alger, le Directeur des finances et des moyens au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Addelhakim Belaid. "Sur ce montant, 61 milliards de DA concernent les dépenses en médicaments et autres produits pharmaceutiques et un rapport détaillé a été soumis au ministre de la Santé, ainsi qu'aux autorités concernées afin d'apurer cette situation", a déclaré M. Belaid à la presse en marge d'une rencontre nationale d'évaluation du secteur tenue au siège du ministère en présence des 48 directeurs de la Santé et de la Population (DSP). "Une enveloppe financière a été expressément dégagée, dans le cadre du budget de 2020, afin de permettre aux responsables des établissements publics de santé de payer les dettes contractées auprès des fournisseurs", a-t-il affirmé, ajoutant que cette mesure est "ordinaire et se fait chaque année". APS

Le pétrole en légère hausse à deux jours du sommet de l'OPEP

mar, 03/12/2019 - 16:04
Les prix du pétrole étaient orientés à la hausse mardi en cours d'échanges européens, dans le sillage de la veille, à deux jours du sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs partenaires jeudi et vendredi à Vienne. Vers 10H35 GMT, (09H35 à Alger) le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 60,98 dollars à Londres, en hausse de 0,10% par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril américain de WTI pour janvier gagnait 0,23% à 56,09 dollars. La veille, les cours avaient rebondi après une forte chute vendredi, le marché accueillant alors froidement des données mensuelles publiées par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) montrant que la moyenne de production de brut aux Etats-Unis pour septembre avait atteint un record, à 12,46 millions de barils par jour (mbj). "Le pétrole poursuit sa reprise après le plongeon de vendredi", a constaté Neil Wilson, de Markets.com. "Les espoirs d'une coupe (de la production d'or noir des pays membres de l'Opep) plus importante que prévu devraient renforcer ce mouvement", a-t-il ajouté. Les 14 pays membres du cartel et leurs 10 partenaires se retrouvent jeudi et vendredi à Vienne pour discuter de l'avenir de l'accord de réduction de la production qui les lie jusqu'en mars 2020. "Apparemment, l'Arabie saoudite souhaite convaincre les membres de l'OPEP d'accroître de 400.000 barils supplémentaires par jour les coupes actuelles". "Cela les porterait à 1,6 million de barils (mbj) par rapport au niveau de production d'octobre 2018", a rapporté Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank. Les acteurs et observateurs du marché tablaient jusqu'à présent sur un maintien de l'accord jusqu'au prochain sommet en juin voire jusqu'à la fin de l'année 2020 pour éviter une situation de surplus et ses conséquences baissières sur les prix. "Mais je doute qu'ils parviennent (à s'accorder sur des baisses de production supplémentaires), car celles-ci favoriseraient avant tout les intérêts de l'Arabie saoudite, en soutenant l'introduction en Bourse à venir de (la compagnie nationale) Aramco", a ajouté M. Fritsch. De plus, la commission économique de l'organisation avait indiqué jeudi dernier que le marché du pétrole serait "équilibré" en cas de maintien en 2020 des limitations actuelles de production et "la Russie a clairement rejeté toute coupe supplémentaire", a complété M. Fritsch. APS

Gaid Salah salue la vive réaction du peuple algérien face à la tentative d'ingérence du Parlement européen

mar, 03/12/2019 - 15:47
Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le Général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, a salué, mardi, à l'occasion de sa visite de travail et d'inspection à la 2ème Région militaire à Oran, la vive réaction du peuple algérien qui a exprimé son rejet "catégorique" des tentatives d'ingérence du Parlement européen dans ses affaires internes, soulignant que "le fort élan populaire et les marches pacifiques qu'a connus dernièrement notre pays reflètent la force de la volonté populaire de surmonter cette phase sensible" que connait l'Algérie. "Le fort élan populaire et les marches pacifiques qu’a connus dernièrement notre pays, reflètent la force de la volonté populaire de surmonter cette phase sensible de son histoire et augurent d’un dénouement éminent de la situation et que l’Algérie atteindra son havre de paix, grâce à la détermination du peuple algérien, à travers tout le territoire national, à participer en force à la prochaine échéance présidentielle du 12 décembre 2019 et à son adhésion avec son Armée Nationale Populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de Libération Nationale (ALN), en soutenant sa position sincère et dévouée avec une foi et une conviction totales en la justesse de son approche rationnelle et objective pour surmonter cette phase que traverse le pays, cette approche constructive qui n’a d’autre objectif que de servir l’intérêt suprême de la nation, et de préserver sa sécurité et la quiétude de son peuple", a déclaré le Chef d'état major lors de sa rencontre avec les cadres et les membres de la 2ème RM dans son allocution d'orientation suivie via visioconférence par toutes les unités de la Région. "Ce peuple authentique qui a accueilli favorablement les positions clairement exprimées par l’institution militaire depuis le début de la crise à ce jour et qui l’estime à sa juste valeur, partant de la grande confiance qu’il a en son armée, déterminée à poursuivre résolument ses missions, quelques soient les circonstances, considérant que cette armée- dont le souci majeur notamment en ces circonstances particulières que vit notre pays, est de préserver l’Algérie, terre et peuple, et sauvegarder sa stabilité, son indépendance et sa souveraineté nationale- est une armée qui mérite tout le respect, la considération et le soutien", a-t-il précisé. "Ce peuple dont nous sommes issus, que nous connaissons parfaitement et estimons à sa juste valeur, a constamment su comment faire face à toutes les adversités, aussi grandes qu'elles soient, grâce à son dévouement et sa fidélité à ses principes nationalistes et ses valeurs ancestrales, ainsi que grâce à l'accompagnement de l'institution militaire, qui a adopté une stratégie clairvoyante et judicieuse, et s'est attelée à la mettre en œuvre par étapes, en parfaite harmonie avec les revendications et les attentes de ce vaillant peuple", a-t-il affirmé. "Le voila aujourd'hui qui répond à ces tentatives désespérées à travers ses marches massives, dans tout le pays, et se tient debout tel un seul homme, avec toutes ses franges. Il a donné ainsi les plus merveilleuses images de solidarité, de soutien et de cohésion, rejetant catégoriquement la tentative du parlement européen de s'ingérer dans les affaires internes de son pays, donnant ainsi au monde entier une leçon dans le véritable patriotisme", a poursuivi le Général de corps d'Armée. Et d'ajouter: "Et c'est là que réside l'importance de la prochaine échéance électorale, car elle représente en réalité un parachèvement irrévocable du parcours du 1er novembre 1954". A ce propos, il a rappelé avoir "dit lors de mon intervention devant les cadres et les personnels du Commandement des Forces Aériennes le mercredi 27 novembre passé, voire dans des occasions précédentes, que ce peuple authentique, qui est parfaitement conscient de la gravité des machinations qui se trament dans les laboratoires de la conspiration à l'étranger et des modes de trahison et de félonie à l'intérieur, lorsque la bande a fait appel à des parties extérieures". "J'ai dit que ce peuple saura répondre en temps opportun, à toutes les tentatives d'ingérence dans ses affaires internes. Le voila aujourd'hui qui répond à ces tentatives désespérées à travers ses marches massives, dans tout le pays, et se tient debout tel un seul homme, avec toutes ses franges. Il a donné ainsi les plus merveilleuses images de solidarité, de soutien et de cohésion, rejetant catégoriquement la tentative du parlement européen de s’ingérer dans les affaires internes de son pays, donnant ainsi au monde entier une leçon dans le véritable patriotisme, et affirmant que l'Algérie possède des hommes et des femmes, qui sont capables de la défendre, car ils appartiennent tout simplement au peuple des miracles qui connait le sens de la souveraineté nationale et l'estime à sa juste valeur, car elle a été acquise au prix des sacrifices des millions de vaillants martyrs", a-t-il soutenu. Le peuple algérien "saura également comment répondre à tous ses détracteurs qui complotent contre sa patrie, en se dirigeant massivement le 12 décembre prochain aux urnes afin d'élire un président de la République en toute intégrité, liberté et démocratie, pour que ce soit là une réponse vigoureuse et civilisée et telle une gifle cinglante à tous ceux qui s'attaquent à l'Algérie, dont la force est égale à celle que nos vaillants ancêtres leur ont infligée depuis le début du colonialisme français en Algérie en 1830, lors des héroïques résistances populaires continues, passant par la glorieuse Révolution de libération jusqu'à l'indépendance. Ils ont donné à l'occupant tyrannique une bonne leçon sur le patriotisme, l'attachement à la patrie, le refus de l'asservissement quels que soient les sacrifices. Ils ont prouvé aux traîtres et inféodés que leur destin n'est que honte et opprobre. En effet, le pays est cher et précieux et ne peut être marchandé quel que soit le prix", a affirmé le vice-ministre de la Défense nationale. Le Général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah a ajouté que "l'Algérie avec de telles caractéristiques et toutes ses grandes ambitions et l'avenir qui sied à sa grandeur et auquel elle aspire, c'est l'Algérie que le Haut Commandement de l'Armée nationale populaire s'honore, aujourd’hui et chaque jour, d'accompagner, en étant pleinement consciente du sens des incommensurables sacrifices qu'ont consentis nos ancêtres afin de façonner l'histoire nationale glorieuse de l'Algérie, qui constitue le phare qui guide les plus dévoués de ses enfants". "Et c'est là que réside l'importance de la prochaine échéance électorale, car elle représente en réalité un parachèvement irrévocable du parcours du 1er Novembre 1954. En effet, si Novembre avait auguré de la libération du pays de l'abomination du colonialisme français abject, Décembre aura l'honneur de parachever la construction de l'Etat de droit conformément aux principes de la Déclaration du 1er Novembre", a conclu le Chef d'Etat-Major de l'ANP. APS

Houda Imane Faraoun présente le projet de loi relative aux radiocommunications

mar, 03/12/2019 - 14:03
La ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda Imane Faraoun a présenté, mardi, devant les membres de la Commission des transports, des transmissions et des télécommunications de l'Assemblée populaire nationale (APN), le projet de loi relative aux radiocommunications. A ce titre, la ministre a affirmé que les dispositions incluses dans ce texte de loi "sont de nature purement technique, élaborées après un examen approfondi par les experts des secteurs compétents, notamment dans son volet de relatif à la sécurité et la défense nationales", ajoutant que ce texte "vient encadrer l'établissement, l'exploitation et l'utilisation des réseaux, installations, équipements et terminaux radioélectriques, l'attribution et l'assignation des fréquences radioélectriques, la régulation du brouillage, et le contrôle du spectre au niveau national, et ce en adéquation avec les conventions, les recommandations et les réglementations internationales". Exposant les motifs d'élaboration de ce cadre légal, Mme Feraoun a indiqué que le domaine des radiocommunications est soumis aux dispositions réglementaires, et non pénales et légales, d'où la nécessité de réfléchir à l'élaboration d'un projet de loi régissant les radiocommunications en Algérie, rappelant que l'établissement et l'exploitation des stations de radiocommunications étaient, après le recouvrement de la souveraineté nationale, subordonnés aux dispositions de l'Ordonnance N 63-439 du 8 novembre 1963 qui est encore en vigueur". Elle a ajouté en outre que "dans le cadre de cette loi relative à la police des stations radioélectriques privées, il était impossible d'établir ou utiliser un équipement ou un terminal radioélectrique pour transmettre ou recevoir les signaux ou les correspondances en dehors des conditions fixées par cette ordonnance", soulignant que l'ordonnance N75-89 du 30 décembre 1975 portant code des postes et des télécommunications n'a pas inclus la mesure susmentionnée, qui concernait exclusivement les installations privées, du moment que le secteur des télécommunications relevait du monopole exclusif de l'Etat. Aussi, "la loi 2000-03 du 05 août 2000 portant règles générales relatives à la poste et aux télécommunications, abrogée et remplacée par la loi N 18-04, bien qu'elle consacra l'ouverture du marché des télécommunications, a omis de définir un cadre légal et réglementaire pour la gestion des fréquences radioélectriques ou des stations radioélectriques privées", a-t-elle ajouté, notant que "l'Agence nationale des fréquences, créée en 2002, afin de pallier la déficience constatée, ne répond que partiellement aux besoins ayant prévalu à sa création, n'étant adossé à aucun encrage légal ou réglementaire pour assurer, pour le compte de l'Etat, des missions régaliennes de prime importance touchant notamment à la sécurité et défense nationales". Pour Mme. Faraoun, "la défaillance est d'autant plus marquée en raison du statut d'EPIC qui ne confère ni ne permet de fonctionner de matière optimale notamment eu égard aux équipements sensibles qu'elle détient et utilise dans le cadre de ses activités de contrôle de spectre". Dans un effort d'établissement d'un cadre réglementaire, la ministre a cité le décret exécutif N 09-410 du 10 décembre 2009, fixant les règles de sécurité applicables aux activités portant sur les équipements sensibles, dont l'application a été d'un apport substantiel pour "préserver les intérêts nationaux", mais reste, a-t-elle déploré, insuffisante notamment par le manque de dispositions pénales pour prévenir les dépassements et d'autorité compétente en matière d'application des règles de gestion et de contrôle du spectre. "Toutefois l'ordonnance N 63-439 susmentionnée, non abrogée à ce jour, n'est pas appliquée depuis plusieurs décennies et mérite d'être mise à jour et complétée pour préserver cette ressource rare et hautement lucrative, qui est le spectre des fréquences, et couvrir ainsi les nouveaux paradigmes de la technologie d'une part et de l'ouverture du champ commercial en matière de télécommunications, d'autre part", a encore expliqué la première responsable du secteur. De leur côté, certains membres de la commission, ont salué, lors de ce débat, les dispositions pénales contenues dans ce projet de loi, soulignant l'impératif d'introduire des peines financières et de prison contre ceux qui attentent au secteur des télécommunications radioélectriques et des stations de télécommunications mises en place ou déjà exploitées, sans aucune autorisation d'exploitation ou d'acquisition auprès de l'Agence ou de l'Autorité de régulation de la Poste et des communications électronique (ARPCE). APS

Mohamed Loukal prendra part jeudi à la réunion du Comité F15 de l’Union Africaine en Egypte

mar, 03/12/2019 - 13:59
Le ministre des Finances, Mohamed Loukal, prendra part, jeudi prochain à Charm El Cheikh (Egypte) à la réunion du Comité des Quinze ministres des Finances de l’Union Africaine (F15), dont l’Algérie  est membre, a indiqué, mardi un communiqué du ministère. «Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions de la Conférence des chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine, relatives aux nouveaux mécanismes de financement du budget de l’Union Africaine  (UA) et aux réformes budgétaires et financières entreprises au niveau de cette organisation», a précisé la même source. «Au cours de cette rencontre, les membres de ce comité procéderont à  l’examen et à l’adoption des mesures opérationnelles à mettre en place pour assurer à cette organisation continentale l’autonomie de financement»,  a-t-on ajouté. «Les membres du comité échangeront également sur la mise en œuvre des règles d’or adoptées par la Conférence des chefs d’Etats de l’Union Africaine en janvier 2018, visant à assurer un budget crédible et une gestion financière efficace au sein de l’Union», selon le communiqué. En marge de cette réunion, M. Loukal rencontrera certains de ses  homologues des pays membres du F15, avec lesquels il échangera sur l’état   et les perspectives de coopération avec l’Algérie. APS

Sahara occidental: Aminatou Haidar appelle à une action urgente

mar, 03/12/2019 - 13:16
Aminatou Haidar, militante sahraouie pour les droits de l'Homme, a appelé la communauté internationale à "agir sans perdre de temps" pour permettre la tenue d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental occupé par le Maroc, affirmant que les Nations unies, l'Europe, en particulier la France et l'Espagne, avaient une responsabilité pour "éviter" tout conflit dans la région, dans une interview à l'AFP, publiée mardi. La militante sahraouie de 52 ans, qui doit recevoir mercredi à Stockholm l'une des distinctions les plus prestigieuses dans le domaine des droits de l'Homme, le Prix Right Livelihood, aussi connu comme le "Prix Nobel alternatif", a déploré que les résolutions de l'Onu et les décisions de justice en faveur du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui ne soient pas appliquées. "C'est à cause de la complicité de quelques puissances internationales", a-t-elle dénoncé, en faisant référence principalement à l'Espagne et la France. "Sans l'appui de l'Europe, le Maroc ne peut pas piller, exploiter les ressources naturelles. Il ne peut pas continuer aussi son occupation et nier toutes les résolutions du Conseil de sécurité", a-t-elle souligné. Elle a donc appelé à "agir sans perdre de temps", affirmant que les Nations unies, l'Europe, en particulier la France et l'Espagne, avaient une responsabilité pour "éviter" tout conflit dans la région. Mme Haidar, qui a lancé cet appel pressant avant de recevoir le prix Right Livelihood, souvent comparé au Prix Nobel pour les droits de l'Homme, a regretté qu'après tant d'années, les revendications pacifiques du peuple sahraoui pour la justice, la dignité et l'autodétermination aient été ignorées par le Maroc et ses soutiens. Elle a, dans ce contexte, demandé lundi à Stockholm, aux organisations internationales et à l'ensemble de la société civile européenne de se mobiliser pour mettre fin aux graves violations des droits de l'Homme commises par les autorités marocaines dans les territoires occupés du Sahara occidental. "La cause sahraouie est la responsabilité de tous ceux qui luttent pour la paix et la justice", a-t-elle déclaré, lors d'une conférence organisée par Emmauss et le Comité de soutien du peuple sahraoui, en coordination avec d'autres organisations suédoises. Lors de son discours, Mme Haidar a transmis au public une image détaillée de la situation dégradante dans les territoires occupés du Sahara occidental, ajoutant que "malheureusement, l'opinion publique européenne n'est pas au courant de la situation sur le dernier territoire en cours de décolonisation en Afrique". La militante de renommée internationale a également évoqué le blocus imposé aux médias. Abordant le rôle de l'Union européenne et son implication dans la recherche d'une solution définitive au conflit au Sahara occidental, Mme Haidar a souligné la position "négative" de certains gouvernements du continent européen et leur soutien aux "politiques expansionnistes du régime d'occupation marocain". "La France et l'Espagne sont devenues un obstacle au processus de paix et au respect du droit international", a dénoncé la présidente de l'Association des défenseurs des droits de l'Homme des Sahraouis (CODESA). Le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, a été occupé par le Maroc en 1975, avec le soutien de la France, après le retrait de l'Espagne, puissance coloniale.

Je choisis l'Algérie ... Je vote

mar, 03/12/2019 - 13:00
Les Algériens ont rendez-vous avec l’histoire à l’occasion de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain.    

La DCGF en tournée chez les clubs à partir du 8 décembre

mar, 03/12/2019 - 12:33
La Direction de contrôle de gestion et des finances (DCGF) sera en tournée chez les 16 clubs de Ligue 1 à partir du 8 décembre pour «circonscrire avec davantage de précisions et de détails» la situation de leurs SSPA, a indiqué mardi la Fédération algérienne de football (FAF). «Cette tournée permettra à la DCGF de se faire une idée plus précise sur ce qui se passe réellement au niveau de chaque club», a écrit l'instance fédérale dans un communiqué, ajoutant que cette démarche «permettra de circonscrire avec davantage de précisions et de détails l'examen de la situation de ces Sociétés sportives par actions (SSPA)». La décision a été prise lundi, lors d'une réunion au Centre technique national de Sidi-Moussa (Alger), entre l'ensemble des représentants des différentes SSPA des clubs de Ligue 1 professionnelle et la DCGF. Lors de cette réunion, qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre  des résolutions du dernier Bureau fédéral, le président de la DCGF, Réda Abdouch a rappelé le rôle de cette structure dans l'accompagnement des clubs pour les aider à régler les problèmes auxquels ils font face, leur permettre d'assainir leur situation financière et améliorer leur gestion ainsi que leur gouvernance. Abdouch a souligné «la nécessité de collaborer tous ensemble», non pas pour aller vers des sanctions des clubs, mais plutôt «pour la recherche de solutions» qui impliqueraient non seulement les acteurs du football, mais aussi d'autres institutions et départements ministériels. L'assistance a profité de l'occasion pour évoquer plusieurs autres points lors de cette réunion, notamment l'amendement du contrat-type du joueur professionnel ainsi que l'introduction de la prime de performance dans le revenu du joueur.   L'assistance est tombée d'accord également sur le principe de s'accorder un délai minimum d'une année pour assainir la situation de tous les clubs et mettre en application les nouvelles règles qui seront retenues à partir de la saison 2021-2022. APS

Le MAE bat en brèche les informations sur le prétendu avertissement lancé par l'Algérie à la Minurso

mar, 03/12/2019 - 12:04
Le ministère des Affaires étrangères (MAE) bat en brèche les informations rapportées par des médias étrangers sur le prétendu «avertissement lancé par le Gouvernement algérien» à la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (MINURSO), indique lundi le porte-Parole du MAE, Abdelaziz Benali-Chérif. En réponse à une question de l'APS «au sujet d'un prétendu avertissement lancé par le Gouvernement Algérien à la Minurso sur le risque d'enlèvement d'étrangers dans les camps de réfugiés sahraouis, colporté par des médias étrangers, dont un site électronique de droit français activant en Algérie», M. Benali-Chérif a tenu d'emblée à préciser que «les médias ayant servi de support à la propagation de cette information fausse et infondée, versent dans la manipulation et la diffusion d'informations farfelues, dans un but évident de nuire à l'Algérie, à son peuple et à ses institutions». Il a affirmé que «le prétendu avertissement du Gouvernement Algérien à la Minurso est d'autant plus fantaisiste et controuvé que les camps sahraouis de Tindouf se trouvent en territoire algérien et que partant, les Forces de sécurité algériennes, à leur tête l'Armée nationale populaire, veillent à la sécurité de l'intégrité du territoire national». Le porte-parole du MAE a, par ailleurs, relevé le fait que «le timing choisi par les responsables de ces médias et leurs parrains est loin d'être fortuit, compte-tenu du contexte régional, notamment la proximité de certaines échéances importantes».

Journée mondiale des Handicapés : en Algérie, tout reste à faire pour faciliter le quotidien de cette frange de la société

mar, 03/12/2019 - 11:54
La célébration, ce mardi, de la Journée mondiale des handicapés a été l’occasion pour la chaine 3 de la Radio Algérienne de mettre en lumière les conditions difficiles éprouvées par les personnes aveugles ou à mobilité réduite à pouvoir se déplacer en milieu urbain, en particulier. En raison de l’absence des nécessaires aménagements que l'Autorité publique attend de réaliser à leur intention, afin de faciliter leurs déplacements à pieds, en fauteuil roulant, ou bien lorsqu’elles sont amenées à emprunter les transports publics, le quotidien de ces personnes s’avère des plus précaires. « Ce que l’on veut, c’est que l’on nous considère comme des citoyens à part entière », déclare au journaliste Ahcène Chemache, Ghania une personne à mobilité réduite. Hamid, confronté au même handicap, dit toutes les difficultés rencontrées pour une personne souffrant d’handicap à trouver, par exemple, un emploi, en raison, explique-t-il, « de son « apparence ». « Est-ce que, s’interroge-t-il, l’apparence  chez certaines personnes rime avec compétence ? » Celui-ci observe cependant que plusieurs employeurs jugent que lorsque qu’elles disposent d’un poste de travail agencé, les personnes handicapées s’avèrent être plus performantes par rapport « à certains valides ». Il observe, d'autre part que peu de choses sont entreprises pour faciliter les mouvements des personnes handicapées. Il en veut pour preuve les énormes difficultés pour ces dernieres à accéder à la scolarisation, tout comme aux moyens de transport. A divers niveau, résume-t-il, il reste beaucoup de choses à faire ». Ghania, pour sa part, en veut « au regard » que certains membres de la société portent sur des citoyens qui, comme elle, endurent des handicaps. « Nous, dit-elle, avec une colère contenue, nous avons appris à accepter notre condition, mais pas les gens ». « Quand ont sort dehors, explique-elle, on entend toujours des « ha, la pauvre » ou bien des « dommage ». « On peut, ajoute-elle, poser le problème d’accessibilité à une administration, mais il n’y a pas que cela ». Moi, se plaint-elle, j’ai aussi envie de sortir, de respirer, de prendre un café avec une amie. J’ai envie de vivre, tout simplement ». Se reprenant, Ghania tient à nouveau à rappeler que « nous, nous sommes des citoyens producteurs, les meilleurs ». « Mettez-nous au défi » lance-t-elle…avec défi.   

Mali : deux soldats tués et sept blessés dans l'explosion d'une mine

mar, 03/12/2019 - 11:39
Deux soldats de l'ramée malienne ont été tués, lundi, et sept autres blessés par un engin explosif improvisé dans la région de Mopti (centre du Mali), a indiqué l'armée. L'explosion s'est produite en milieu de journée à Diougani, dans la région de Mopti, a précisé l'armée sur les réseaux sociaux, sans donner davantage de précisions. Depuis novembre 2019, au moins quatre soldats maliens ont été tués par des mines artisanales. Les civils ne sont pas épargnés. APS

L’ex-procureur de la République près le tribunal de Tlemcen placé en détention provisoire

mar, 03/12/2019 - 11:26
Le juge d’instruction du tribunal de Ain Témouchent a placé, dimanche soir, l’ex-procureur de la République près le tribunal de Tlemcen en détention provisoire avec la poursuite de l’enquête judiciaire dans des affaires portant notamment sur l’abus de pouvoir, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Le mis en cause est poursuivi dans des affaires portant principalement sur l’"abus de pouvoir, entrave au bon fonctionnement de la justice, menace, atteinte à la liberté individuelle, falsification et insulte d'un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions", souligne-t-on. Le dossier de l’accusé a été transféré pour poursuite hors territoire de compétence de la cour de Tlemcen vers le tribunal de Ain témouchent, selon les procédures judiciaire en vigueur. L’ex-procureur de la République prés le tribunal de Tlemcen a été suspendu de ses fonctions en août dernier sur décision du ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati, et conformément aux lois de l’article 26 du statut de la justice, pour mauvaise utilisation de la fonction et de violation volontaire de procédures judiciaires, où son dossier a été renvoyé pour enquête, a conclu la même source.

Afrique : Chergui appelle à «un effort concerté» pour renforcer la gouvernance des ressources naturelles

mar, 03/12/2019 - 11:07
Le Commissaire paix et sécurité de l’Union Africaine, l’ambassadeur Smaïl Chergui, a appelé à Bamako à «un effort concerté» des gouvernements et des Communautés économiques régionales en Afrique pour renforcer la gouvernance des ressources naturelles. S’exprimant lors de la Conférence ministérielle sur l’accès aux ressources naturelles et les conflits locaux qui s’est tenue à Bamako, Smail Chergui a  souligné «le rôle essentiel des mécanismes gouvernementaux» dans la résolution des différends relatifs à l’accès aux ressources naturelles, relevant que dans de nombreux cas ces richesses sont pillées par des groupes terroristes et des réseaux de criminalité organisés. Chergui a ajouté que l’Union Africaine est «pleinement disposée à soutenir et à renforcer la capacité des Etats membres dans l’atténuation et la prévention des conflits locaux liés aux ressources naturelles ainsi que dans la lutte contre leur propagation et leur résurgence». Mais a estimé que l’effort ne sera concluant que si les pays membres «renforcent l’autorité et la présence des démembrements au niveau local de l’Etat et mettent en place de manière prompte des infrastructures de paix chargées de gérer les conflits et les crises locales». L’ambassadeur Chergui a évoqué, à ce titre, la revigoration des capacités du département paix et sécurité en matière de prévention des conflits structurels, de médiation et d’alerte précoce. «Nous veillons résolument à ce que ces outils indispensables (en matière de règlement de conflit) soient accessibles à nos Etats Membres», a-t-il déclaré, rappelant à ce propos, les «résultats concrets» en la matière accomplis en République centrafricaine, à Madagascar, au Soudan et Sud-Soudan. Alors que le continent est soumis à des pressions intenses à la fois sur les plans économique, social et environnemental, «la gestion non-planifiée et équitable des ressources naturelles entraîne bien souvent des tensions communautaires qui pèsent de tout leur poids sur la gouvernance locale et le développement de chaque pays», a-t-il tenu à rappeler. Mali : réaffirmer le soutien de l’UA à l’accord d’Alger Dans son discours prononcé devant le président Ibrahim Boubacar Keita, Smail Chergui a réitéré «le soutien indéfectible» de l’UA au Mali dans sa lutte contre la menace terroriste globale. Le Commissaire de l’UA a réaffirmé l’attachement de l’organisation  panafricaine à «l’unité et l’intégrité du territoire du Mali, et à la pleine mise en œuvre de l’accord de paix, issu du processus d’Alger». Relevant que l’Afrique ne pouvait rester «inactive» face à ce phénomène, Smail Chergui a indiqué que le conseil de Paix et de Sécurité de l’UA, a vu juste en demandant lors de sa 838ème réunion sur l'extrémisme violent au Sahel d’engager une réflexion sur les causes profondes et déterminantes du terrorisme. Le Commissaire paix et sécurité de l’UA s’est dit «très préoccupé par l’extension de la menace terroriste et la militarisation croissante d’un bon nombre de régions du continent, en particulier le Sahel, la Corne de l’Afrique dont la Mer Rouge». Par ailleurs, cette conférence de deux jours recommandée par le Conseil de paix et sécurité de l’UA, a été sanctionnée par une déclaration dite de Bamako qui «affirme l’importance de la coordination et de la complémentarité des initiatives et actions en particulier dans les domaines de l’alerte rapide pour une prompte réponse aux conflits liés à l’accès aux ressources naturelles». En marge de cette rencontre, le commissaire Chergui a été décoré par le président Keita. Le diplomate algérien a été élevé à la dignité de Commandeur de l’Ordre national du Mali à titre étranger pour service rendu au Mali et au continent africain. Le Commissaire reçu en audience par le président malien s’est dit honoré par cette décoration qui «constitue surtout une plus grande responsabilisation», déclarant qu’il est plus que jamais appelé à faire mieux pour relever les défis de l’heure, qui ne concernent pas seulement le Sahel. APS

COP 25: Fatima-Zahra Zerouati réitère les engagements de l'Algérie

mar, 03/12/2019 - 10:41
Représentant l’Algérie aux travaux de la Conférence des pays faisant partie de l’Accord de l’ONU sur les changements climatiques (COP 25) ouverts, lundi à Madrid, La ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatima-Zahra Zerouati est revenu sur l’expérience algérienne en matière de lutte pour la «décarbonisation» de la planète.   Dans une déclaration à la Radio Algérie Internationale (RAI), la ministre a réaffirmé «l’engagement de l’Algérie à contribuer à l’effort mondial» de lutte pour la diminution du carbone. «L’Algérie, en élaborant le premier plan national, a envoyé un message fort qui confirme que l’Algérie tient vraiment ses engagements», a-t-elle déclaré. Le plan national pour le climat, faut-il le rappeler,  comporte 156 actions dont 76 de réduction, 64 mesures d'adaptation et 14 autres d'accompagnement du Gouvernement pour honorer ses engagements en termes de lutte contre les changements climatiques. Ces mesures sont à même de réduire des millions de tonnes d'émissions de CO², d'économiser les hydrocarbures valorisables et exportables et de développer les énergies renouvelables. Rien que la généralisation du contrôle technique des véhicules en termes d'émissions du CO² permettra à l'Algérie de réduire les émanations à 65%.

Education : poursuite de la grève et rassemblement des enseignants du primaire

lun, 02/12/2019 - 17:29
Les enseignants du premier palier (primaire) de l’Education, poursuivent, pour la neuvième semaine consécutive, leur mouvement de grève cyclique de 3 jours par semaine, à l’appui de revendications socioprofessionnelles. Les enseignants, qui répondent à l’appel de la Coordination nationale autonome des enseignants du primaire, ont également tenu, lundi matin, un nouveau rassemblement de protestation devant l’annexe du ministère de l’Éducation nationale à Ruisseau (Alger). Selon la Chaine 3 de la Radio publique, il y a un suivi « mitigé » de la grève, qui coïncide avec le déroulement des examens de fin de la période du premier trimestre.   «Nous nous sommes déplacé dans plusieurs quartiers d’Alger où on a pu constater le suivi mitigé de la grève. Dans certaines écoles comme celles d’El Madania, quelques enseignants ont répondu favorablement à l’appel de la grève. Dans d’autres établissements en revanche tout se déroule normalement », rapporte Sarah Bachir, du service information de la Chaine 3.   La Coordination nationale autonome des enseignants du primaire, explique le maintien de son mouvement de grève par l’échec des négociations avec le ministère de l’Education nationale Les enseignants du primaire revendiquent, entre autres, « l'équité entre les enseignants des trois paliers de l'éducation en termes de volume horaire et de classification », « l'introduction de la spécialisation dans le cycle primaire pour un enseignement de qualité », « la création de nouveaux grades et l’ouverture de concours internes permettant aux instituteurs d’accéder à des postes supérieurs de directeur et d’inspecteur », « l'application du décret présidentiel 14/266 du 28 septembre 2014, fixant la grille indiciaire et le versement des indemnités avec effet rétroactif », ainsi que « le droit à la formation ».  

Pages